L'extraordinaire Grace Murray Hopper

 

ÇIl est plus facile de demander pardon que de demander la permissionÈ, se plaisait ˆ affirmer Grace Murray Hopper lorsqu'elle rappelait ˆ son auditoire sa vie de pionnire en informatique dans la marine Žtatsunienne. Cette amirale, consultante en informatique, chercha jusqu'ˆ la fin de sa vie ˆ partager sa passion des sciences avec les jeunes , en particulier les jeunes filles. Car, disait-elle, la jeunesse n'a  peur ni de la nouveautŽ ni de l'expŽrimentation.

 

Une enfance sans stŽrŽotype

NŽe ˆ New York le 9 dŽcembre 1906, Grace est l'a”nŽe de trois enfants. Elle passe une grande partie de son enfance dans la maison de campagne familiale o, en compagnie de sa sÏur Mary, de son frre Roger et de cousin-e-s, elle grimpe aux arbres, joue ˆ cache-cache, etc. Et si sa mre lui enseigne l'art de la broderie, du point de croix et du piano, son dŽsir de comprendre comment marchent les objets, de dŽmonter et remonter les rŽveils - elle dŽmonta et remonta entirement et seule son premier rŽveil matin ˆ sept ans - est  encouragŽ par des parents, qui croient ˆ une Žducation Žpicne. L'insouciance de l'enfance est assombrie par la maladie de son pre, Walter, agent d'assurances. Mary Campbell Van Horne Murray, craignant devenir veuve avec des enfants encore ˆ charge, se rŽsout ˆ quitter l'Žtat de mre au foyer et ˆ prendre la responsabilitŽ financire de la famille. Elle donnera ˆ Grace l'amour des mathŽmatiques. Son pre, quant ˆ lui, l'encouragea ˆ ne jamais se plier  ˆ la tradition. Au lycŽe, Grace fait du basket, du hockey et du water-polo.

 

La meilleure des Žducations

 A dix-sept ans, elle rentre au Collge de Vassar, universitŽ pour les femmes offrant un programme d'Žducation Žquivalent aux prestigieuses universitŽs masculines de l'Ivy League. Elle y fait de brillantes Žtudes de mathŽmatiques et de physique. En 1930, elle obtient une ma”trise en mathŽmatiques de l'UniversitŽ de Yale, qui admet des Žtudiantes ˆ ses programmes post-grades. Elle rejoint le corps professoral de Vassar en 1931 tout en continuant des Žtudes ˆ Yale en vue d'obtenir son doctorat (1934). L'annŽe de sa ma”trise, elle Žpouse Vincent Foster Hopper, docteur s lettres (elle divorcera en 1945). Le couple ne vŽcut ensemble que dix ans et n'eut pas d'enfant.

 

Le choc de Pearl Harbor

En 1943, l'attaque japonaise sur Pearl Harbor fait basculer la vie de Grace qui abandonne l'universitŽ pour Çse mettre au service de la PatrieÈ. Elle entre dans la rŽserve de la Marine et est nommŽe lieutenante, dans l'active. Elle rejoint alors le bureau de dŽveloppement de l'intelligence artificielle ˆ l'UniversitŽ d'Harvard. Elle est la premire programmatrice du Mark I (premier et trs gros ordinateur de la Marine).

Sortie de l'active en 1946, Grace Hopper est nommŽe ˆ Harvard et continue ses travaux sur les Mark II et III. C'est lˆ qu'un jour, cherchant ˆ l'intŽrieur de l'Žnorme machine ce qui l'empchait de fonctionner, elle trouva une mite qu'elle enleva dŽlicatement avec une pince. Elle dit alors: ÇI found the bugÈ (J'ai trouvŽ l'insecte/ le problme). Depuis on emploie le vocable Bug pour dŽsigner les virus et autres problmes informatiques.

En 1946, Grace Hopper travaille au dŽveloppement de premier ordinateur Žlectronique l'UNIVAC, mille fois plus rapide que le Mark I. Elle est aussi ˆ l'origine de l'invention  du langage COBOL (COmmon -Business-Oriented-Langage) car, affirme-t-elle, Çj'ai toujours ŽtŽ incapable de tenir ˆ jour mon carnet de chquesÈ.

Une vie bien remplie

Grace Hopper prend sa retraite ˆ l'‰ge de quatre-vingt ans, mais elle continue en tant que consultante auprs de la  Digital Equipment Corporation. Elle a ŽtŽ nommŽe amirale, la premire femme ˆ obtenir ce grade dans la Marine. Jusqu'aux derniers mois de sa vie, elle donne des confŽrences dans tous les Etats-Unis. Elle est l'invitŽe de nombreuses Žmissions de radio o elle encourage systŽmatiquement les jeunes femmes ˆ entrer dans des carrires scientifiques et non traditionnellement fŽminines. Elle obtient de nombreuses dŽcorations, titres et honneurs, des laboratoires portent son nom ainsi qu'un b‰timent de la Marine Amazing Grace.

Elle avait rvŽ de vivre jusqu'au 31 dŽcembre 1999 mais elle mourut dans son sommeil le premier janvier 1992. Elle est enterrŽe au cimetire militaire d'Arlington avec tous les honneurs de la Marine.

 

ThŽrse Moreau